Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le blog de phildemer

Le blog de phildemer

Phildemerologue diplômé en voileyage , je pratique la merthérapie pour rendre les gens heureux !


La première nav de Flo !

Publié par phildemer sur 14 Mai 2021, 16:51pm

Je ne suis jamais partie sur un voilier, j’ai peur de l’eau et pour couronner le tout je suis claustrophobe et blonde !

Phildemer m’a convaincu de partir avec lui sur un beau voilier de 50 pieds soit 16 mètres environ. Bien sûr, comme j’étais un peu capricieuse, j’ai voulu la plus grande cabine, la mieux placée par rapport à l'agite et le roulis. J’ai eu la cabine du capitaine mais sans lui, dommage !

Le premier soir, après quelques heures de route je suis arrivée sur le port d’Hyères par une pluie battante, éreintée, démoralisée sans savoir si je montrai sur ce rafiot  où quelques personnes prenaient l’apéro dans le cockpit abrité.

J’avoue que l’accueil a été chaleureux et oubliant ma peur et ne voulant pas paraître trop nulle j’ai franchi la passerelle d’une seule traite pour m affalée lourdement sur un banc à côté de Jérémie qui dans ses bras m’a réceptionné en gentleman marin.

L’ambiance était lancée, je serai la cruche du bord. Les garçons étonnés s’empressèrent  de me sévir un verre et en me le tendant se présentèrent : Jeremy mon réceptionnaire, Jacques et Simon puis les femmes restée silencieuses se demandant à qui elles avaient à faire poursuivirent : Véro femme de Jeremy, Catherine,  puis dans le bateau il y avait, Ju, il faut prononcer you,  l’hôtesse et sur le banc de barre le capitaine.

 L’apéro me permis de me détendre et avant de passer au dîner j’ai visité le bateau avec Ju et mis mes affaires dans la cabine que j’allais partager avec Cathy. La soirée s’est prolongée tardivement mais  le capitaine a sonné le coucher pour que nous ne partions pas trop tard le lendemain.

Une fois étendue sur ma couchette j’écoutais les différends bruits du bateau bercée par un petit clapot et je me suis endormie.

Il est 8 heures et l’odeur du café chatouille mes narines. Mais sous la couette il fait bon d’y rester un moment encore après tout je suis en vacances pour 5 jours et le bateau peut bien partir pendant que je dors encore. Ju et le capitaine ont dû sortir du bateau car celui-ci redevient calme mais au loin la ville se réveille aussi et la vie s’amplifie peu à peu.

À table les premières discussions émergent entrecoupées de confiture et de beurre pour l’un et pour l’autre. Cathy se lève et je la suis de peu.

Le temps est gris mais sans pluie et le petit déjeuner est somptueux par son choix et son abondance. Ju nous propose du jus d’orange et un œuf à la coque pour bien nous caller avant de partir. Départ à 10 h ! Oh il faudra que je fasse une toilette de chat si je veux voir le départ. Je m’habille en jean et marinière, crème mon visage et mes lèvres blanches puis je sors de ma cabine un foulard dans les cheveux, mon cirée et les gants tout neuf achetés pour l’occasion. Je suis prête à partir.

Le moteur tourne, la passerelle remontée et les garçons à la manœuvre, on largue les amarres et le bateau sort de sa place lentement, tourne et s’engage dans le port. Tout le monde regarde autour pour prendre les dernières photos de la terre comme si nous ne reviendront jamais. La sortie du port est magique car plus nous avançons plus le vent apparaît et la houle se forme doucement le bateau bouge et je me tiens fermement le cœur battant : « C’a y est je navigue. »

Mais bientôt les ordres du capitaine retentissent. Ju prend la barre et les hommes montent les voiles puis reviennent dans le cockpit où, nous,  les femmes étions assises pour ne pas encombrer la manœuvre. Le bateau penche un peu et prend de la vitesse. La fraîcheur se fait vite ressentir et l’abri de la capote est appréciable. Je ne dis pas un mot et un peu blanche, je regarde l’horizon aussi loin que je peux.

Le voilier fend les vagues et quelques gouttes d’embrun mouillent le pont. Tout va bien demande le capitaine ? Et sans attendre de réponse précise propose un programme d’occupation pour l’équipage.

Florence  vient prendre la barre tu seras mieux ! Florence c’est moi et même si notre capitaine et les garçons sont à côté de moi je n’en mène pas large de barrer un si grand bateau mais rapidement je prends de l’assurance et oublie mon mal de mer.

Le bateau avance rapidement laissant le port loin derrière lui. La journée de navigation commence bien et j’en suis heureuse.

Flo.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents